Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Coopération UE- ACP
Le Fonds Européen de Développement
Le Fonds Européen de Développement (FED) est l'instrument principal de l'aide communautaire à la coopération au développement accordé aux Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (« Etats ACP ») ainsi qu'aux pays et territoires d'outre-mer (PTOM).

En Guinée aussi, l'outil principal de financement de la coopération avec l'Union Européenne est le FED, qui est mis en œuvre à travers la fonction d’Ordonnateur National (ON), qui est assurée par le Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances de la République de Guinée.

Le traité de Rome de 1957 avait prévu la création du FED afin de permettre l'octroi d'une aide technique et financière initialement aux pays africains toujours colonisés à cette époque et avec lesquels certains états ont eu des liens historiques. Le FED est financé par les Etats membres de l'Union Européenne. Il est soumis à ses propres règles financières et est dirigé par un comité spécifique. Chaque FED est conclu pour une période d'environ cinq ans.

Depuis la conclusion de la première convention de partenariat en 1959, 10 cycles des FED se sont succédé:
  • Premier FED: 1959-1964
  • Deuxième FED: 1964-1970 (Convention de Yaoundé I
  • Troisième FED: 1970-1975 (Convention de Yaoundé II)
  • Quatrième FED: 1975-1980 (Convention de Lomé I)
  • Cinquième FED: 1980-1985 (Convention de Lomé II)
  • Sixième FED: 1985-1990 (Convention de Lomé III)
  • Septième FED: 1990-1995 (Convention de Lomé IV)
  • Huitième FED: 1995-2000 (Convention de Lomé IV et sa révision IV bis)
  • Neuvième FED: 2000-2007 (Accord de Cotonou)
  • Dixième FED: 2008-2013 (Accord de Cotonou révisé).
  • Le 11è FED couvre quant à lui la période 2014-2020.
ACCORD DE COTONOU
Tâches et dispositions

À l'instar des accords précédents, l'accord de Cotonou reprend les tâches spécifiques ainsi que les responsabilités de chaque partenaire dans la conduite des différents aspects de la coopération : notamment en ce qui concerne la programmation et la stratégie de formulation, l'identification des projets, la mise en œuvre, le monitorage et l'évaluation.

Les dispositions de l'accord se démarquent des autres instruments de coopération de l'Union européenne, dans la mesure où elles confèrent ici plus de pouvoirs à l'État bénéficiaire.

Ainsi, la stratégie de l'accord de partenariat de Cotonou, entend s'appuyer sur « la gestion conjointe » comme un moyen pour renforcer les capacités de l'État bénéficiaire. En d'autres mots, l'accord de partenariat exploite ces aspects de gestion pour accroître l'efficacité, la durabilité et l'impact de l'aide à travers des capacités institutionnelles renforcées.

C'est ainsi que, dans chaque pays, un Ordonnateur national joue un rôle central dans ce dispositif. L'Ordonnateur national du FED représente les pouvoirs publics de l'État ACP, alors que le Chef de délégation représente l'Union européenne.

L'ensemble des attributions de l'Ordonnateur national du Fonds européen de développement est fixé par l'article 35 de l'Accord de Cotonou. Il s'agit d'une fonction de coordination et de maîtrise d'ouvrage, en grande partie technique, mais également politique puisqu'elle présuppose, concernant les aides apportées par le FED, l'exercice d'un pouvoir exclusif de représentation du gouvernement.

Telechargement