Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Réforme de la Justice: Le fonctionnnement des juridictions passé en revue.

Les 07, 08 et 09 juillet s’est tenu un séminaire national d'analyse du fonctionnement des juridictions guinéennes en faveur d’une soixantaine de spécialistes du droit, issus de l'Administration centrale du Ministère de la Justice, de l'Inspection générale des Services judiciaires, des Cours et Tribunaux de toutes les régions du pays, du Conseil supérieur de la Magistrature, de l'Ordre national des Avocats, ainsi que des Chambres nationales des huissiers et des notaires.

C’est le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Cheick SACKO et le Chef de Délégation de l'Union Européenne en Guinée, SE Gerardus GIELEN, qui ont procédé au lancement des travaux de ce séminaire qui s'inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet d’Appui à la Réforme du Secteur de la Justice (PARJU), financé par l’Union Européenne à travers le 10ième FED (Fonds Européen de Développement) pour une enveloppe de 20 millions d’Euros soit environ 180 milliards de GNF.

Ont également pris part à la cérémonie d’ouverture, des réprésentants du Ministère de l'Economie et des Finances, de l'Ambassade de France, du Système des Nations Unies en Guinée, le Ministre Conseiller Chargé des Relations avec les Institutions Républicaines et l'Ambassadeur d'Espagne en Guinée.

L’objectif de ce séminaire était d’améner les participants à contribuer à l’élaboration du plan d’activités et des devis-programmes du PARJU pour la période 2015-2017 sous le pilotage du Secrétariat Exécutif du Programme de Réforme de la Justice.

Pour le chef de délégation de l’UE, le PARJU contribuera à la modernisation et au renforcement de plusieurs volets du secteur de la justice, à la valorisation et la formation des acteurs judiciaires, à l'amélioration des infrastructures et des équipements, à la professionnalisation des mécanismes du fonctionnement judiciaire et à la modernisation du secteur pénitentiaire. Outre ces volets, le programme vise le renforcement du rôle de la société civile pour l'assistance des citoyens en demande de justice et la lutte contre l'impunité.

Dans son discours liminaire, le Ministre de la Justice a souligné qu’il faut une volonté politique pour amorcer de tels changements en ces termes : "il n’y a pas de justice forte sans décisions judiciaires de qualité, mais également il n’y a pas de garantie d’une paix durable dans la cité sans une justice acceptée". C’est pourquoi le programme vise à renforcer et valoriser les Ressources Humaines pour un changement de mentalités; et lutter contre l'impunité pour une justice plus citoyenne.

Avant de terminer son allocution, Me Cheick Sacko a invité tous les acteurs à s’impliquer davantage afin que les différentes réformes entreprises en République de Guinée, ne soient pas de vains mots : « le renforcement des capacités de la Justice, en tant que socle de l’Etat de Droit et de la démocratie, demeure de nos jours pour le gouvernement guinéen, un enjeu majeur, notamment à travers l’exigence de qualité et de célébrité des Décisions judiciaires ».

Pour rappel, c’est après les élections législatives de 2013 que la Commission Européenne a décidé de lever les sanctions sur la Guinée en débloquant le solde du 10ième FED estimé à 140 millions d’Euros. Ce qui totalise l’enveloppe alloué à 174.3 millions d’Euros pour la période 2008-2013.

Ces appuis de L'Union Européenne permettront sans doute, de soutenir les efforts du gouvernement guinéen dans sa quête d'une croissance durable et équitable, au renforcement des capacités nationales et une approche participative, garants de la réussitte des projets envisagés au bénéfice des populations.







Telechargement
Site DUE